L’importance de choisir la bonne cote

Publié par   ·   Pas de commentaires

Nous allons ici expliquer les cotes et probabilités, un élément qu’il est fondamental de saisir. Cet article vise aussi à briser un mythe : dans le pari sportif, choisir la bonne équipe est l’élément le plus important. Vous direz que si on ne choisis pas la bonne équipe, on perd, et vous aurez raison.

Cependant, il faut comprendre que choisir la bonne équipe est relativement facile dans la plupart des cas. Si vous misez sur la France contre le Canada au football, ou sur le Canada contre la France au hockey sur glace, vous savez d’avance que vous allez gagner. Et les professionnels établissant les cotes le savent aussi. Résultat? Les cotes seront tellement mauvaises, en règle générale, que le bénéfice sera marginal. C’est-à-dire que le gain net sera minuscule par rapport au risque. Un exemple concret : la saison 2006-2007 au football américain offrait une proposition de 1.01 pour que les Colts d’Indianapolis gagnent le championnat de leur section. C’était un pari pratiquement assuré. Cependant, il aurait fallu miser 100$ pour chaque dollard de bénéfice, l’argent étant immobilisé jusqu’à la fin du pari, plusieurs semaines plus tard.

Cet exemple illustre pourquoi un pari gagnant peut ne pas être profitable. Pour faire de l’argent facile avec le pari sportif en ligne, vous devez vivre et mourir avec les cotes. Je vous explique à l’instant comment fonctionnent les cotes décimales et leur importance.

Lorsque nous faisons mentions des termes cotes, propositions, il s’agit d’un nombre utilisé dans le calcul du gain potentiel. Ceci permet de connaître à l’avance le gain et le bénéfice si votre proposition est gagnée, de même que la probabilité de victoire nécessaire pour que ce soit profitable.

Plus la probabilité est mince que la proposition soit remplie, plus la cote sera élevée. À l’inverse, plus la probabilité est élevée que votre proposition soit gagnante, plus la cote sera basse.
Exemple : Vous désirez miser sur un match de foot France – Écosse. Les cotes européennes (décimales) se liront comme suit
1              Nul              2
France – Écosse     1,28           5,00          10,00

Dans cet exemple, la cote pour la France est de 1,28. Miser 10€ sur la France vous rapportera 10×1,28= 12,8€, soit un gain de 12,8€ et un bénéfice de 2,8€.

Lorsque vous désirez effectuer un pari, une cote élevée est toujours préférable à une cote inférieure. Il est important de magasiner vos cotes, ce que nous aborderons dans un autre article. Prenons l’exemple où vous regardez chez un compétiteur et qu’il offre ces cotes.

Exemple 2 :
1              Nul              2
France – Écosse     1,35           5,00           9,50

Dans cet exemple 2, une mise de 10€ sur la France équivaudra à un gain de 10×1,35 = 13,5€ et un bénéfice de 3,5€. Pour le même pari sportif, avec une cote relativement similaire, votre bénéfice est de 20% supérieur. C’est pour cette raison que les cotes sont d’une importance fondamentales.

Tout simplement, vous ne pouvez pas être un joueur gagnant à long terme si vous ne saisissez pas l’importance de vivre ou mourir en faveur des cotes. Imaginez un joueur misant continuellement sur des cotes 20% inférieures, alors que vous misez sur des cotes optimales. Dans la mesure où vous avez un bénéfice de 0 et une perte de 0 après 100 mises, l’autre joueur aura une perte de 20% de ses mises. Si au contraire vous avez fait un profit de 1000€, il n’aura gagné que 800€.

La question qui s’impose est celle-ci : qu’est-ce qu’une bonne cote, alors, puisque nous avons constaté que choisir le bon gagnant n’est pas l’élément le plus important? Cet élément sera abordé dans des articles plus avancés mais à la base, la bonne cote est celle où les pronostiqueurs professionels et les autres parieurs se trompent. J’explique. Les cotes sont établies à partir de deux éléments, soit l’évaluation de spécialistes du pari ainsi que les mises des joueurs. Les spécialistes établissent une cote de départ, une évaluation de base de la proposition. Ensuite, au fur et à mesure que les joueurs misent, la cote est changée en faveur de celui qui reçoit le plus de mises.

Notre rôle, en tant que parieur sérieux, est de déjouer ces tendances. Nous devons engager notre argent sur les paris où il y a un écart entre la cote proposée et la probabilité réelle de victoire.

Il s’agit d’un concept crucial alors voici comment le calculer. Vous désirez parier sur une partie de hockey et votre équipe a une cote de 1,66. Vous savez que votre équipe ne gagnera pas 100 pourcent des parties.
Afin de calculer la probabilité offerte par le bookmaker, vous faîtes 1 / (cote) x 100. Dans ce cas-ci, 1 / 1.66 x 100 = 60,24 et des chiffres après la virgule. C’est donc que le bookmaker estime que votre équipe a 60 pourcent de probabilité de gagner cette partie.

Ce chiffre est important puisqu’il vous permet d’estimer le taux de profitabilité d’une probabilité. Si votre équipe gagne moins de 60% des parties, vous perdrez de l’argent. Si elle gagne exactement 60% des parties, vous ne ferez pas de profit mais ne perdrez pas. Vous ne ferez du profit que si votre équipe gagne en moyenne plus de 60% des fois la partie sur laquelle vous misez.

Une fois que vous savez quel est le pourcentage estimé par le site de pari, vous devez calculer votre taux de profit. Pour ce faire, vous devez estimer les chances réelles de victoire. Disons que vous estimez que votre équipe a en fait 55% de probabilité de victoire. Dans ce cas, parier sur cette partie n’est pas profitable puisque statistiquement, en moyenne, vous pariez plus que le gain retourné. En revanche, si vous estimez la probabilité de victoire de votre équipe à 80%, il s’agit d’une proposition très profitable (20% en moyenne). C’est donc que si vous faisiez des milliers de fois ce pari, en moyenne vous feriez 20% de profit. Donc si ces milliers de paris équivalaient à un million de dollars, votre profit net serait de 200,000.

Voilà pourquoi il faut éviter de parier sur des parties où le taux de profit est faible. Je recommande d’éviter les propositions où le taux de profitabilité est de moins de 10% car vous allez perdre à moins d’être un professionel. En effet, il faut se souvenir que tout l’art du pari sportif est justement cette capacité à estimer les chances réelles de victoire. Le pronostiqueur du bookmaker a plus d’expérience et de connaissances que vous. Mais comme ils doivent produire des milliers de propositions par semaine, ils se trompent souvent dans leur estimation par 10% et plus, et c’est là que vous ferez du profit.

Voici un exemple tiré de mon expérience personelle et qui est le meilleur exemple de ceci. À l’été 2007, il y avait un combat de championnat de la WBA entre les boxeurs Joachim Alcine et Travis Simms. Joachim Alcine était le négligé et une cote très élevée de 3,87 était offerte. C’est donc que les pronostiqueurs et les parieurs croyaient que Simms allait être vainqueur et ce, de façon aisée. Ils estimaient la probabilité de victoire de Alcine à seulement 26%.

Au contraire, j’estimais à au moins 50-60% les probabilités d’une victoire de Joachim Alcine. C’est donc que pour chaque unité monétaire investie, en moyenne, ils me redonnaient 1,24-1,34! C’est comme acheter une action en bourse et obtenir un rendement de 24-34% en une seule journée! Une mise de 150$ et hop, un appréciable gain de 580,50$. Il s’agit là de la situation de rêve. Vous devez rechercher le plus grand écart entre la cote et la probabilité réelle de victoire.

Une fois que nous avons saisi l’importance des cotes dans le pari sportif, il devient évident qu’il est dans notre intérêt de choisir les bons sites de paris. C’est le thème qui sera abordé dans le prochain article.

Robert

Partagez Pari Sportif En Ligne :

Readers Comments (0)

You must be logged in to post a comment.

Meilleure Offre

William Hill Sports